La chaux dans les papetières

Les papetières utilisent la chaux dans le cadre de plusieurs applications.

Paper

L'une des plus courantes est le procédé de fabrication de la pâte au bisulfite. Ce procédé utilise de l'acide pour dissoudre la colle (lignine) qui retient les fibres (cellulose) ensemble. Pour neutraliser l'eau acide issue du procédé, la chaux est le réactif par excellence pour rehausser en toute sécurité le pH des effluents d'usine avant de les évacuer.

Par ailleurs, le procédé Kraft est la méthode la plus moderne pour fabriquer la pâte. Il utilise la soude caustique (NaOH), entre autres produits chimiques, pour dissoudre la lignine. Le système des usines de papier kraft comporte deux boucles internes qui sont inter-reliées pour produire la soude caustique. La première renferme la soude caustique en soi. La soude caustique fraîchement produite est pompée dans de grandes cuves où elle est mélangée à des copeaux de bois et soumise à la chaleur et à la pression. La soude caustique attaque la lignine et, dans le processus, est convertie en carbonate de sodium (Na2CO3). Ce carbonate de sodium est ensuite pompé dans une grande cuve qui renferme de la chaux éteinte (Ca(OH)2). Les deux réagissent pour former de la soude caustique et du carbonate de calcium (CaCO3). La soude caustique est retirée pour la mélanger à nouveau à des copeaux de bois, et le carbonate de calcium est acheminé vers un four où il est chauffé pour le convertir en chaux (oxyde de calcium ou CaO). La chaux est alors mélangée à de l'eau pour former de la chaux éteinte, et le carbonate de sodium issu du procédé de fabrication de la pâte est mélangé à cette chaux pour former de la soude caustique; et le procédé recommence.

Graymont fournit une quantité considérable de chaux vive pour ces deux procédés. Il est essentiel que la chaux vive destinée à ces procédés soit aussi pure que possible afin d'engendrer un effet maximal et un minimum d'effets indésirables possiblement causés par les impuretés.

Le saviez-vous ?

La chaux est parmi les matériaux les plus anciens et les plus vitaux utilisés par les humains. La plupart des langues anciennes ont un mot pour l’oxyde de calcium. Le mot latin est calx, d’où provient le nom de l’élément calcium.